UN AMI IMAGINAIRE

Il s’est inventé un ami invisible avec qui il partage tout

Il s’est inventé un ami invisible avec qui il partage tout

Votre enfant s’est inventé un ami à qui il parle, se confie. Comment réagir face à cette imagination débordante ? Quelle est la signification de cette invention ?

L’invention d’un monde imaginaire avec des amis, des confidents, camarades de jeu avec qui passer de bons moments. Entre imaginaire et réalité, le monde intérieur des enfants peut parfois surprendre et inquiéter les parents. Découvrez notre dossier sur l’amitié imaginaire.

De nombreux enfants s’inventent des camarades de jeu imaginaires avec qui ils partagent leurs joies et leurs peines.

Quelle est la signification ?
Le jeu a pour fonction d’accompagner l’enfant dans le développement de ses capacités et de sa personnalité. Il représente un monde plus amusant, naturel et spontané.
L’enfant utilise le jeu à la fois pour se connaître lui-même et pour s’aventurer à la découverte du monde qui l’entoure.

Le jeu permet à l’enfant de se mettre continuellement à l’épreuve, d’expérimenter ses capacités à gérer une situation donnée.
Il permet par ailleurs de comprendre les relations qui le lient aux évènements, aux objets, à ce qui l’entoure.

Le jeu c’est aussi pour l’enfant une soupape de sécurité qui lui permet d’évacuer ses angoisses et ses peurs en lui offrant la possibilité de vivre le jeu « pour de faux », d’appréhender des situations difficiles de sa propre vie, ses frustrations, ses craintes.

Mais le jeu c’est aussi le règne de la fantaisie, des rêves : c’est un monde qui se situe à mi-chemin entre l’expérience de soi au centre du monde et le sens de soi en tant que personne parmi les autres.

Le jeu permet à l’enfant d’explorer ses propres capacités de communication avec les autres, de l’impliquer et de partager son expérience avec son environnement.

Pourquoi certains enfants aiment-ils jouer seuls ?
Il convient avant tout de reconnaître de quelle manière un enfant vit son état de solitude.
En effet, face à des situations « à risque  » dans lesquelles des camarades refusent un enfant lequel est trop timide, on peut constater qu’un enfant préférera s’adonner à une activité et à des jeux solitaires.
Ce choix de repli ne doit pas être alarmant pour les parents ; c’est au contraire le signe de la capacité acquise de l’enfant à rester seul, sans angoisse ou crainte d’abandon, grâce à la construction de bonnes relations gérées par la confiance et la sécurité envers les autres, notamment les parents.

Seul ou avec un camarade imaginaire ?
Votre fils s’est inventé un camarade imaginaire avec lequel il parle, joue, se dispute … ?
Cela doit-il vous inquiéter ?

On estime qu’environ les 2/3 des enfants ont à un moment ou à un autre entre 3 et 8 ans un ami imaginaire.
Le but de cette création est d’aider l’enfant à faire face et à s’adapter à un environnement complexe.

L’ami invisible peut être un véritable compagnon de jeu pour les plus petits, alors que pour les plus grands il deviendra un confident à qui dévoiler tous ses secrets que l’enfant préfère ne pas dire à ses proches.
L’enfant peut tout confier à un personnage imaginaire : ses désirs, ses craintes mais aussi des mensonges, les bêtises qu’il a faite (ou dit avoir faites)… un ami qui ne viendra jamais douter de lui ou le contredire !

Parents, comment réagir ?
Faut-il s’inquiéter de cette amitié un peu spéciale avec un personnage imaginaire ?
Le plus souvent, l’invention n’est que ponctuelle.
Il est toutefois important que la présence imaginaire de ce camarade auprès de l’enfant ne referme pas ce dernier sur lui-même, ne le coupe pas du monde qui l’entoure et ne l’empêche pas de partager des jeux avec de réels petits amis.

Si l’enfant persiste dans ses jeux avec son compagnon imaginaire, il est conseillé de consulter un psychologue. Il est important par ailleurs que ce camarade imaginaire et invisible le reste ; à savoir qu’il ne faut pas rentrer dans le jeu de l’enfant en installant par exemple l’ami invisible à table…

Il est invisible et doit le rester au risque de créer une confusion entre le réel et l’imaginaire dans l’esprit de votre enfant.
Il est par ailleurs important de ne pas ridiculiser l’enfant quant à cette imagination.
Toutes les allusions du type « c’est stupide, tu ne peux pas parler avec quelqu’un qui n’existe pas »… risquent de blesser l’enfant et à l’inciter à se replier davantage sur lui-même.

De plus, trahi dans sa confiance et incompris, l’enfant serait sans doute réticent pour partager d’autres secrets sur son monde intérieur avec vous.

Il peut également être bon de voir se renseigner auprès du maître ou de la maîtresse d’école pour savoir si l’enfant joue avec ses camarades de classe, s’il n’a pas de soucis d’intégration, s’il participe à la vie de l’école.

L’écoute et le respect sont les maîtres mots tout en gardant un œil sur l’ampleur de la place prise par l’ami imaginaire et sur la durée de sa présence auprès de l’enfant.

olfa hafsi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page