Puberté : attention aux régimes alimentaires !

Déficit en vitamines et minéraux

Les régimes reposent tous sur le même principe : changer l’alimentation pour diminuer les apports en calories, et créer un déficit en énergie. Le corps est ainsi contraint de puiser dans ses réserves pour couvrir ses besoins. 

Pour fabriquer du glucose (le carburant des cellules), le corps va utiliser des graisses. Mais problème ! Il utilise aussi des protéines, ce qui l’affaiblit. De plus, les restrictions provoquent des déficits en vitamines et minéraux qui peuvent causer une grosse fatigue, surtout pendant la croissance ! 

Les régimes prônant un rationnement sévère, voire l’éviction d’aliments indispensables à l’équilibre alimentaire (fruits, féculents…) sont plus souvent carencés. La moitié des régimes (dont Montignac et Atkins) n’apportent pas assez de fer, et un quart des régimes (dont Dukan) manquent de magnésium et de vitamine C.

Croissance ralentie et apparition de troubles hormonaux

Pendant la puberté, filles et garçons prennent en moyenne 20 kilos et 20 centimètres. Quand le corps d’un ado est soumis à la diète, il limite les dépenses énergétiques liées à ces transformations.

La croissance et le développement pubertaire ralentissent. Des troubles hormonauxapparaissent, et peuvent se traduire par une chute de cheveux, une peau moche et, chez les filles, un espacement ou une disparition des règles. 

Faire du sport pour mincir

Pratiquer une activité physique plusieurs fois par semaine suffit pour maigrir car… 

• Bouger brûle des calories.

Le plus efficace pour perdre du poids ? Le roller blade, le footing, les sports de raquette, le fitness, le cyclisme et la natation. Nager une heure permet de brûler environ 300 kilocalories, l’équivalent d’un pain au chocolat.

• Bouger fait mincir, même au repos !

Le sport développe les muscles, tissus qui exigent un entretien permanent, très gourmand en énergie. Résultat : les sportifs brûlent davantage de calories que les sédentaires, même lorsqu’ils dorment !

• Bouger agit sur l’appétit.

Le sport régule la sécrétion d’hormones du stress (adrénaline) et favorise la production de sérotonine, hormone du bien-être. Ainsi, on diminue sa tendance à grignoter.

• Bouger améliore la qualité du sommeil.

Notre corps puise mieux dans ses réserves de graisses pour maintenir sa température à 37 °C, respirer, entretenir les tissus et renouveler les cellules.

olfa hafsi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page