MON ENFANT EST SURDOUÉ

Enfants précoces, comment les reconnaître.

Petit génie en herbe, intelligence et précocité.

La précocité d’un enfant est souvent source d’interrogations voire même de préoccupations de la part de ses parents. Faisons le point sur les enfants dits surdoués.

Comment savoir si un enfant est réellement un petit génie, comment l’accompagner et l’aider à s’épanouir au mieux et quels peuvent être les troubles liés à la précocité non détectée d’un enfant. Nous répondons à toutes ces questions dans notre dossier spécial enfant surdoué.

Mon enfant est un génie

Du haut de ses 4 ans, votre enfant est déjà capable de vous réciter l’alphabet ? Il préfère les documentaires aux dessins animés. Il s’entête à s’habiller seul…et quand vous le laissez faire, il le fait mieux que vous.
Toutes les autres mamans vous envient votre enfant : calme, propre, et intelligent…
Mais vous, vous savez que votre « bébé » est différent des autres, qu’il est beaucoup trop intelligent pour son âge et ça vous inquiète. 24 h / 24, vous devez gérer un petit homme qui « ne croit pas tout ce qu’on lui raconte », qui nécessite une attention spéciale, parce qu’il « comprend » tout et sait s’imposer. Des enfants différents qui requièrent une attention particulière et ont toujours soif de savoir.

Certains enfants naissent avec une intelligence hors du commun, en avance par rapport à leurs petits camarades.
Il est important de dépister très tôt cette précocité, pour en faire un atout et non un handicap. Parce que c’est de l’aide des parents et de l’accompagnement adapté que dépend l’avenir de ces enfants surdoués.

Comment reconnaître un enfant précoce ?

Les enfants qui ont des facilités intellectuelles se mettent à parler très jeunes, possèdent un vocabulaire riche et élaborent des phrases construites.
Ils sont capables de se concentrer longtemps et possèdent une mémoire étonnante, leur imagination est également très fertile.
Ils aiment beaucoup la compagnie des adultes et ont du mal à jouer avec leurs congénères du même âge avec qui ils ne partagent pas les mêmes activités.

Enfant précoce, enfant malheureux

Les « surdoués » ne sont pas uniquement des enfants à fort potentiel intellectuel, ce sont aussi des enfants « à haut risque » et plus fréquemment en proie à des échecs scolaires, troubles de l’apprentissage, dépressions, voire toxicomanie et crises suicidaires.

D’où l’importance de repérer la précocité le plus tôt possible, afin d’adapter la prise en charge.

Terrible paradoxe : un tiers à la moitié des enfants intellectuellement précoces seront en échec à un moment donné de leur parcours scolaire, ce qui les conduira parfois à redoubler une classe.

Le taux de réussite de ces enfants est tout aussi inquiétant.

Les difficultés en matière scolaire apparaissent souvent très tôt, parfois dès le CP, mais prennent de l’ampleur à l’entrée au collège.
L’enfant précoce est souvent déçu par l’école car elle ne répond pas à ses attentes.

Conclusion : « il décroche », et cela se traduit en classe par un comportement perturbateur ou, au contraire, apathique.
L’échec scolaire peut aussi résulter des difficultés d’écriture (dysgraphie), de lecture (dyslexie) que connaissent les enfants surdoués, en particulier les garçons.
En outre, grâce à une bonne maîtrise verbale, l’enfant précoce masque ses difficultés du langage écrit, qui n’apparaissent au grand jour que tardivement.

L’intelligence et troubles des enfants surdoués

La plupart des enfants intellectuellement précoces, présentent des troubles psychologiques.
Ces manifestations sont liées à leur difficulté à gérer leur décalage intellectuel.

Chez certains, la dépression se manifeste par une inhibition ou une intériorisation : l’enfant est rêveur et pleure souvent.
Les conduites bizarres (tics, t.o.c. troubles obsessionnels du comportement, bégaiements, etc.), les réactions psychosomatiques (asthme, eczéma, douleurs abdominales, etc.) ainsi que les désordres alimentaires et du sommeil sont fréquents.

Au moment de l’adolescence, l’anxiété, peut être à l’origine de conduites toxico-maniaques ou addictives. Dans les cas extrêmes, la grande sensibilité de ces enfants peut les conduire à des troubles psychiatriques (paranoïa, etc.) voire à des tentatives de suicide.

La précocité : ça se guérit ?

La précocité n’est pas une pathologie.
La prévention les difficultés des enfants surdoués passe avant tout par la reconnaissance précoce de leur fonctionnement intellectuel.

Ainsi, en cas de suspicion de précocité de l’enfant, n’hésitez pas à en parler avec le corps enseignant voire à consulter un professionnel (pédopsychiatre ou pédiatre) qui saura vous guider.

olfa hafsi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page