LE SEXE EXPLIQUÉ AUX ENFANTS

Education sexuelle des enfants

Quand commencer à parler de la sexualité aux plus petits ?

Comment aborder le sujet de la sexualité avec les enfants, quand commencer à leur parler et comment répondre à leurs questions sur le sexe ? Nous faisons le point et tentons de répondre à vos questions.

Le développement psycho sexuel des enfants est une phase importante de leur croissance et de leur devenir, de leur équilibre une fois devenu adulte.
Faisons le point sur les différentes phases de la découverte de la sexualité chez l’enfant et comment se comporter avec eux.

Les phases du développement psycho sexuel d’un enfant peuvent être identifiées en deux grandes périodes : lors de la première qui s’achève aux environs des 3 ans de l’enfant, l’intérêt est principalement tourné vers la connaissance de son propre corps, alors que lors de la seconde l’attention se tourne vers celui des autres.

A quel âge commencer à parler aux plus petits d’éducation sexuelle ?

Selon les experts de la petite enfance, l’éducation sexuelle peut commencer dès lors que l’enfant pose les premières questions sur le sujet. Mais on peut considérer qu’elle commence dès les premiers jours de vie de l’enfant grâce à des comportements emprunts de naturel.
C’est ainsi que les enfants, même en bas âge, sont parfaitement capables de percevoir l’existence d’une différence entre les deux sexes, entre papa et maman et s’interrogent bien vite pour savoir d’où ils viennent, où étaient-ils avant de naître…
Le temps de la cigogne qui apportait les enfants et des choux ou des roses dans lesquels ils naissaient est bien révolu !

A quatre ans, on peut ainsi se limiter à répondre aux questions de l’enfant, en lui expliquant que les bébés se développent dans le ventre de la maman, sans donner plus de détails sur la conception.
Au fil du temps, la curiosité de l’enfant grandit sans doute due au fait qu’il a développé une conscience plus aiguë des différences entre les organes de reproduction des garçons et des filles ; la relation sexuelle, l’acte de reproduction peut alors être expliquée aux enfants.
Il est souvent bon de profiter d’un reportage sur la reproduction des animaux pour répondre aux questions des enfants, ou encore de la lecture d’un livre sur le développement de l’être humain. Les livres spécialement conçus pour les enfants sont nombreux et généralement bien faits.

Il a été prouvé que les jeunes gens les plus informés sur la sexualité n’étaient pas pour autant ceux qui passaient le plus tôt à l’acte, mais au contraire avaient tendance à retarder leur « première fois » et avaient une meilleure connaissance de la contraception.
A contrario, il est prouvé que des curiosités restées insatisfaites, des questions sans réponses et une ignorance en matière sexuelle participent à la constitution d’une stimulation, d’un désir d’expérimentation direct plus précoce de l’acte avec tous les dangers qui en découlent.

Comment se comporter avec le jeune enfant à la découverte de son corps ?

Les professionnels de la petite enfance prônent généralement pour la tolérance des parents.
En effet, l’autoérotisme qui apparaît innocemment par simple instinct chez les enfants de trois ou quatre ans, doit être considéré comme une étape absolument normale dans le développement de la sexualité si bien que toute remarque, voire répréhension à l’égard de l’enfant peuvent avoir une incidence négative sur la vie affective et relationnelle future de l’enfant créant des inhibitions et sentiments de culpabilité.
Le bain est souvent l’occasion de la découverte de ses parties génitales pour l’enfant qui perçoit alors sa différence par rapport au sexe opposé.

Il est toutefois important d’expliquer aux enfants dès l’âge de 5 ou 6 ans que leur corps leur appartient. L’enfant doit pouvoir reconnaître dans un contact physique le possible aspect négatif qui pourrait être source d’abus voire de souffrance et ainsi refuser toutes attentions indésirables.
L’enfant doit être capable de discerner une attention non souhaitée de sa part, un geste déplacé sur son intimité.

Il est ensuite important que l’enfant puisse se confier s’il pense que quelqu’un a dépassé les limites, s’il ‘est senti ne serait-ce que gêné par une attitude d’un adulte même proche parent et bien évidemment si des étrangers ont eu des attentions indélicates à son égard.
Se confier, raconter ce qui est arrivé à sa maman, son papa ou autres adultes dont il se sent proche est un acte capital que l’enfant fera spontanément si se sent en confiance et n’a pas de tabou.

olfa hafsi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page