L’activité physique chez les enfants d’âge scolaire

Depuis quelques dizaines d’années, les experts constatent que la condition physique des enfants s’est dégradée. Par exemple, en 2009, 17 % des enfants de 6 à 11 ans étaient obèses ou souffraient d’embonpoint. Il faut dire que les jeunes bougent beaucoup moins qu’auparavant. Au Québec, seulement 1 garçon sur 4 et 1 fille sur 2 feraient suffisamment d’activité physique pour atteindre les objectifs canadiens.

Encourager l’activité physique chez les jeunes est donc essentiel. Bouger n’est d’ailleurs pas seulement bénéfique pour la santé physique. En effet, les enfants actifs sont également mieux dans leur peau.

Les bienfaits de l’activité physique

Les avantages de l’activité physique pour les jeunes sont nombreux. Être actif a des bénéfices sur plusieurs aspects :

  • Le développement. L’activité physique favorise une croissance et un développement sains. En bougeant, l’enfant maîtrise de plus en plus d’habiletés motrices et fait travailler ses muscles. Il développe ainsi sa force, sa puissance et son endurance. Faire régulièrement des exercices d’étirement permet aussi d’augmenter sa flexibilité. Enfin, l’activité physique est une bonne occasion pour l’enfant d’améliorer sa coordination de même que sa posture, son agilité et son équilibre.
  • La condition physique. Une personne active voit ses capacités cardiorespiratoires et cardiovasculaires augmenter, ce qui favorise le contrôle du poids et du taux de sucre ou de cholestérol dans le sang. L’activité physique diminue donc le risque de souffrir d’une maladie du coeur, de diabète, d’obésité et de certains types de cancers à l’âge adulte.
  • Le poids. L’activité physique est une bonne façon d’augmenter la dépense de calories. Bouger peut ainsi réduire le risque de souffrir d’embonpoint ou d’obésité. Cela est d’autant plus important que les individus qui sont obèses dès l’enfance sont plus susceptibles de l’être toujours à l’âge adulte.
  • Les os. Les activités qui demandent à l’enfant de supporter son poids, comme lorsqu’il grimpe, ou qui le font sauter permettent d’augmenter la densité de ses os et donc leur résistance. Ce type d’activité améliorerait également l’organisation interne des os, ce qui les rendrait plus solides.
  • La santé affective. Les enfants actifs ont une meilleure estime d’eux-mêmes, se font plus confiance et ont une meilleure image de leur corps. L’activité physique contribue aussi à réduire le stress de même que les symptômes de dépression et d’anxiété.
  • La socialisation. L’activité physique est une occasion pour l’enfant de développer ses compétences sociales et ses relations avec les autres. Bouger permettrait donc de briser l’isolement et de favoriser l’intégration sociale.
  • La réussite scolaire. L’activité physique peut améliorer les résultats à l’école pour plusieurs raisons. D’abord, les sports nécessitent de mémoriser des règles et des séquences de mouvements ou de prendre des décisions rapides. Par ailleurs, le fait de bouger activerait certaines zones du cerveau et augmenterait l’apport en sang que celles-ci reçoivent. De plus, la confiance et la relaxation que procure l’activité physique stimuleraient les habiletés intellectuelles de l’enfant. Enfin, les jeunes qui sont actifs adopteraient un meilleur comportement et développeraient un plus grand sentiment d’appartenance à leur école. Tous ces facteurs aideraient l’enfant à mieux fonctionner à l’école.
L’évolution de l’enfant à partir de 5 ans
À partir de 5 ans, s’il bouge régulièrement, l’enfant devrait maîtriser les habiletés de base comme courir, lancer, attraper et sauter. Par la suite, sa croissance et son évolution continueront de progresser.
Entre 6 et 9 ans, son équilibre s’améliore. L’enfant commence à acquérir des compétences plus difficiles, comme lancer plus loin. Il évalue mieux la vitesse des objets, mais pas encore leur orientation. Il est aussi difficile pour lui d’évaluer plusieurs détails à la fois pour prendre une décision rapidement. Puisque son attention demeure de courte durée, les instructions doivent être brèves et les règles, flexibles.

Les recommandations

Selon les Directives canadiennes en matière d’activité physique, les enfants de 5 à 11 ans devraient faire : 

  • 60 minutes d’activité physique d’intensité modérée à élevée chaque jour; 
  • des activités d’intensité élevée au moins 3 fois par semaine; 
  • des activités qui favorisent le renforcement des muscles et des os 3 fois par semaine. (Cela ne signifie pas de faire des séances de musculation, mais plutôt des activités qui font travailler les muscles.) 

La Société canadienne de pédiatrie souligne toutefois que les enfants qui sont peu actifs devraient débuter graduellement. Ils devraient faire d’abord seulement quelques exercices, puis augmenter progressivement jusqu’à l’atteinte des objectifs suggérés. Par exemple, ils peuvent commencer par des tranches de 1 à 3 minutes d’activités d’intensité élevée entrecoupées de périodes de repos actif (comme la marche), pour un total de 10 à 15 minutes par séance. En effet, même un peu d’exercice aura des effets bénéfiques pour l’enfant.

Par ailleurs, Kino-Québec croit que les recommandations canadiennes ont été formulées davantage dans une perspective médicale et ne favoriseraient pas un changement de comportement chez les jeunes. Selon cet organisme, la fréquence à laquelle l’enfant est actif est plus importante que la durée de ses activités. Pour cette raison, Kino-Québec suggère plutôt que les enfants fassent le plus d’activité physique possible. Cette recommandation serait plus adaptée selon l’organisme aux différents profils de jeunes.

Enfin, les enfants devraient adopter un mode de vie actif de façon permanente pour que les effets bénéfiques qui en découlent ne disparaissent pas avec le temps.

olfa hafsi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page